Le projet européen en 1945

Découvrez en images les clés de l'histoire de la PAC au travers du point de vue de certains de ceux qui, hommes politiques, responsables syndicaux ou de l'administration, en furent les acteurs ou les témoins.

Toutes les nations européennes sortent profondément meurtries du conflit. Elles peinent à nourrir leurs populations. En France, le rationnement perdure et les premiers excédents agricoles ne sont enregistrés qu'à partir de 1953. Dans cette Europe endeuillée (plus de six millions de victimes) et à reconstruire, certains comme Jean Monnet et Robert Schuman, Paul-Henri Spaak, Konrad Adenauer, ou Alcide de Gasperi jugent la construction européenne indispensable à la paix.

Fédération ? confédération ? les pères fondateurs rêvent d'abolir les frontières pour bannir définitivement tout risque de conflit. « L'Europe ne se fera pas d'un seul coup mais par des réalisations concrètes créant une solidarité de fait » affirme dans une archive reproduite ici Robert Schuman qui avec Jean Monnet, élabore la première de ces réalisations, la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), instituée le 18 avril 1951 entre Paris, Bonn, Rome, Bruxelles, La Haye et Luxembourg. Un marché commun à six pays, « limité à deux produits majeurs pour la reconstruction, libérés des droits de douane, qui permet de moderniser la production, favoriser une planification souple sans toucher à la propriété » (JP Rioux, L'ardeur et la nécessité, éditions du Seuil). Il fonctionnera à partir de 1953.

  • 28/11/2008
  • Vues : 66
  • Vote : 0

Recherche par mots clés associés

  • Alimentation
  • PAC
  • europe
  • société